Créer mon blog M'identifier

Le 4ème mur de Sorj Chalandon ou quand tout est noir, il n'y a plus d'espoir...

Le 30 juin 2015, 10:08 dans Humeurs 2

« L'idée de Sam était belle et folle : monter l'Antigone de Jean Anouilh à Beyrouth. Voler deux heures à la guerre, en prélevant dans chaque camp un fils ou une fille pour en faire des acteurs. Puis rassembler ces ennemis sur une scène de fortune, entre cour détruite et jardin saccagé.
Samuel était grec. Juif, aussi. Mon frère en quelque sorte. Un jour, il m'a demandé de participer à cette trêve poétique. Il me l'a fait promettre, à moi, petit théâtreux de patronnage. Et je lui ai dit oui. Je suis allé à Beyrouth le 10 février 1982, main tendue à la paix. Avant que la guerre ne m'offre brutalement la sienne... »

Georges un pion qui se destine à devenir professeur d'histoire-géo, passionné de théâtre, répond à la demande un peu folle, mais pleine d'espoir, de son ami Samuel, metteur en scène de monter l'Antigone d'Anouilh à Beyrouth dans lequel les personnages seraient incarnés par des acteurs de communautés différentes...

En filigrane, on suit la vie de Georges, depuis les années 70 et les combats qu'il mène et qui paraissent bien vains par rapport à son voyage au Liban...

C'est un livre à lire, pour sûr... Avec une puissance d'écriture incroyable qui nous prend les tripes mais qui ne nous laisse guère d'espoir... C'est noir vraiment noir... Pour moi, qui ne connais rien au conflit libanais, c'est parfois resté très obscur.

Ceci dit, le postulat de départ était vraiment très intéressant.

Les temps des ogres de Jean-Marc Besson là où les époques et les récits s'entremêlent

Le 21 juin 2015, 07:22 dans Livres 0

 

 

4ème de couverture : C'est au fin fond des forêts inquiétantes et profondes que se cachaient jadis les ogres des contes de notre enfance, ces êtres monstrueux qui semaient la terreur, se nourrissaient de chair fraîche et dévoraient les enfants. Ils prenaient alors l'aspect de géants, de sorcières au nez crochu ou d'individus encore plus repoussants et côtoyaient le Petit Poucet, Hansel et Gretel ou le Chat Botté.
Mais les pires ogres qu'on puisse rencontrer, ce ne sont pas eux. D'autres sont bien plus inquiétants car ancrés dans la réalité. Ils n'ont plus de bottes de sept lieues ou de marmites fumantes mais ils sont bien habillés et ont pignon sur rue. Ils ont de la force, des armes, des appuis. Ils sont le pouvoir. Qu'ils prennent naissance dans les brumes de la Renaissance ou au sein de la société actuelle, leur ombre maléfique parviendra-t-elle à engloutir toute lueur d'espoir?

Paris, au lendemain de la Saint-Barthélémy, Mirko un jeune gitan est "réquisitionné" par des gardes royaux afin de nettoyer la ville de ses morts. Tâche ingrate s'il en est que je le jeune gitan accepte contre quelques sous. Sous les cadavres entassés, il découvre une toute petite fille, encore bébé, qu'il décide de sauver au péril de sa vie. Il retroune auprès des siens afin d'avoir des conseils.

Paris, de nos jours, Clarisse une jeune femme employée par le gouvernement est missionnée pour convaincer les gens du voyage d'accepter l'offre matérielle de l'Etat qui consiste en dons divers de médicaments, couches, etc. ...Pour cette mission, elle est accompagnée de son garde du corps Tchétchène Vladimir.

Au camp, elle se retrouve à lire des histoires aux enfants, et elle se liera plus particulièrement à l'une d'entre elles ainsi qu'à sa grand'mère.

Mirko devra affronter pas mal d'obstacles avant de pouvoir sauver la petite fille qu'il baptisera Lola, il tentera de retrouner auprès des siens, ira jusque dans la cour des Miracles...

Clarisse s'interroge sur les conditions de vie des gens du voyage, sur sa relation avec son petit ami qui n'est autre qu'un fils de ministre... Jusqu'au jour où elle fera une découverte qui bouleversera sa vie et celle du camp.

Nous suivrons donc les prégérinations de ces personnages, leurs errements.

Se pose aussi une question intéressante en filigrane que faire pour intégrer les gens du voyage ? Doivent-ils s'intgérer ? Comment vivre auprès d'eux et comment eux vivent-ils en marge ?

Des dialogues très intéressants entre, notamment Clarisse et la grand'mère,  nous donnent les deux points de vue, sans que l'on puisse trancher réellement, cependant cela suscite la réflexion.

Quant à l'histoire en elle-même, si elle est très bien écrite, l'auteur se perd un peu trop dans les digressions et descriptions des personnages secondaires qui n'ont pas de réel intérêt pour l'intrigue. Du coup, on ne s'immerge dans l'histoire qu'assez tardivement.

Les personnages sont de facture classique, quelque peu stéréotypés mais attachants. 

Ah oui, j'oubliais... Les histoires finissent par se rejoindre, bien entendu !

 

Un livre agréable à lire, une jolie lecture d'été

 

 

 

Comment guérir du mal d'amour de Patricia Lahaie (petit guide de survie pour surmonter une rupture amoureuse)

Le 16 juin 2015, 18:37 dans Livres 0

 

Si comme moi, vous vivez/avez vécu/vous apprêtez à vivre une rupture amoureuse, ce petit livre fort bien écrit et vraiment très agréable à lire peut fortement pour vous remonter le moral.

Il est composé de 5 parties qui examinent tour à tour les différentes étapes que vous traversez. Il y a un temps pour tout :

- les souffrances

- les peurs et le chaos

-les bilans

-tourner la page

- des (nouveaux) bonheurs

Ce livre, en plus d'expliquer et de décortiquer le mal qui nous ronge (c'est tellement bien fait parfois qu'on se demande s'il n'a pas été écrit rien que pour nous) fourmille d'exemples et d'anecdotes en tout genre de ruptures amoureuses mais aussi de personnes qui s'en sont bien remises. Il fourmille aussi d'aphorismes ou plutôt pensées positives que j'ai décidé d'ailleurs de noter dans un petit carnet.

Ce que je retiens du livre c'est qu'une rupture est souvent un mal pour un bien et que cela doit (devrait) nous permettre d'aller de l'avant car, peut-être, tapi quelque part, un nouveau bonheur nous attend... Le tout est de savourer et profiter pleinement de cette liberté et de cette dépendance nouvelles.

Ce petit livre fait vraiment du bien au moral. Pourquoi s'en priver lorsque l'on traverse cette période douloureuse ?

 

Voir la suite ≫